Mot du Président

Chers confrères, chers amis,

La FEDEFMA est née en Juillet 2009 pour répondre à un besoin urgent de regrouper les praticiens en massage assis afin qu’ils puissent promouvoir leur pratique et défendre leurs droits, notamment obtenir une reconnaissance officielle.

Personne ne peut nier aujourd’hui les effets dévastateurs du stress que ressentent nos contemporains. Leur demande d’aide pour y remédier, est grandissante.

Grâce à la remarquable efficacité de notre spécialité, à sa facilité de mise en œuvre et un coût par séance très raisonnable, nous devenons progressivement des acteurs majeurs au sein des métiers de la relaxation et du bien-être. En effet, le massage assis peut se pratiquer quasiment en tout lieu et donc, aller à la rencontre de la demande. C’est ainsi que, notamment, les entreprises font de plus en plus appel à nos services, nous permettant d’agir auprès du plus grand nombre.

De marginale, il y a dix ans encore, notre activité s’est développée jusqu’à devenir une véritable profession. Dans la mesure où nous remplissons nos obligations sociales et fiscales, que des contrats d’assurance adaptés sont à notre disposition et qu’un large public nous sollicite, il nous parait légitime de pouvoir exister dans un cadre officiel dédié au bien-être.

Par ailleurs, il est intéressant et encourageant de noter que le récent statut d’auto-entrepreneur, en facilitant l’établissement de nouveaux praticiens, sert notre activé, déjà en plein essor. On peut, dès lors, la considérer comme fortement porteuse d’emplois.

Nous sommes de plus en plus nombreux à pratiquer le massage assis. Toutefois, notre profession n’est constituée, à quelques rares exceptions près, que d’indépendants. Cela est fort préjudiciable pour nous, car, d’une part, isolément, nous n’avons aucun poids et d’autre part aucune règle n’est établie, nous permettant de proposer une offre réellement cohérente à nos clients. Bien entendu, la concurrence est une bonne chose. Mais comme vous avez du le constater, chacun propose sa formule (technique, tarif, organisation, …) avec des différences parfois considérables, ce qui rend notre offre hétéroclite.

Comment le client s’y retrouve-t-il ? N’en va-t-il pas de notre crédibilité ? Cela n’entame-t-il pas la confiance quant au sérieux de notre travail ? Je dis souvent à mes élèves : « Travaillez pour vous mais travaillez aussi pour la profession.».
Nous souhaitons une reconnaissance officielle, alors mettons nous en situation de l’obtenir !

Un organisme professionnel nous faisait défaut. Un organisme qui nous permettrait de nous regrouper, nous organiser afin de constituer une force. Que chacun puisse exercer plus facilement, grâce au soutien de tous. Cet organisme existe maintenant. C’est la FEDEFMA. Il ne tient qu’à nous tous de le faire vivre, le développer afin qu’il puisse remplir sa mission : Faire prospérer les praticiens en massage assis.
L’ambition de la FEDEFMA est à la hauteur de l’enjeu et ses actions seront multiples.

*Travailler activement à obtenir une reconnaissance de notre pratique et si possible, un statut. (Voir législation)
*Effectuer une campagne d’information auprès des entreprises afin qu’elles appréhendent au mieux ce que nous pouvons leur apporter. Ceci facilitera grandement notre démarchage.
*Mettre en place un forum sur internet, dédié au massage assis, qui permette à tous de s’exprimer, d’échanger et de faire naitre ainsi de nouvelles idées ou actions à mettre en place.
*Proposer un contrat d’assurance adapté, à un tarif raisonnable.
*Proposer un contrat d’assurance couvrant la période de formation et d’entrainement des futurs praticiens.
*Rédiger un code de déontologie et établir quelques règles de base, que chaque adhérent à la FEDEFMA pourra afficher, notamment, à travers le logo de l’association pour renforcer sa crédibilité et la confiance des clients potentiels.

Bien entendu, pour pouvoir atteindre notre objectif, nous avons besoin de vous. J’espère que la FEDEFMA rencontrera massivement votre adhésion. Elle n’existe que pour servir l’intérêt de tous.

Bien cordialement.
Xavier Court